Du virus au syndrome

Ne pas confondre SARS-COV2 et COVID19 (coronavirus disease 2019) , l'un est la souche virale , l'autre est le syndrome à l'instar du VIH et du SIDA.

 

Le Pf Raoult précise lui même que l'on ne meurt pas du SARS-COV2 mais de ses complications bactérienne qui donnent ce syndrome, d'où le principe d'administrer un antiviral et un antibiotique.

Il parait assez ahurissant que la communauté scientifique ne se focalise que sur le syndrome alors que ce n'est qu'une conséquence de complication d'un virus appelé SARS-COV2, qui, s'il est traité à temps ne donne pas lieu systématiquement à cette complication de très loin.

Il parait assez ahurissant que la communauté scientifique puisse ériger des constats scientifiques concernant le SARS-COV2 et ne pas proposer les solutions correspondantes à ses propres constats .

La dite communauté scientifique nous dit que :

- cette souche possède une protection de graisse .

- est sensible à l'oxygène entre autre ..

 

Soit, quelles conclusions s'imposent ?

Il parait ahurissant de proposer un vaccin qui a été conçu contre le VIH pour lutter contre le SARS-COV2 sans test préalable.

Notre approche composite repose sur une dynamique de solutions simples et très efficaces qui ne laissent pas la place à une récidive éventuelle.

Que vaut-il mieux: une réponse archi spécifique valable 3 semaines le temps de la mutation de la souche ou une solution non spécifique empêchant tout développement basé sur la modulation de certains paramètres du corps.

La meilleure arme restant la prévention : mieux vaut prévenir que guérir.
 

ce dossier a été remis le dernier jour

  la réponse est très encourageante

Lun -  Ven      14h00 - 20h00
Sam                15h00 - 19h00
Dim                 Fermé

Copyright Bruno de Cugnac-Pailliotet 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now